Eglise catholique de Saint-Ouen : Notre-Dame du Rosaire, Sacré-Coeur, Vieux-Saint-Ouen
http://eglisecatholiquesaintouen.com/Tentations-au-desert
      Tentations au désert

Tentations au désert

1er dimanche de carême

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 20 février 2016
  • réagir

Le mercredi des cendres, en entrant en carême, nous avons entendu le Christ nous rappeler 3 piliers que l’Église nous invite à réinvestir pendant ce chemin vers Pâques : le jeûne, la prière et l’aumône.


Le seigneur invitait les disciples, donc chacune et chacun d’entre nous, à vivre le jeûne sans affectation ni artifice, à prier avec simplicité, confiance et humilité, à partager sans rechercher ni un quelconque intérêt, ni une satisfaction personnelle. C’est une invitation à une vie de foi joyeuse qui cultive l’intimité avec un Dieu toujours proche, toujours présent, toujours attentif... Un Dieu miséricordieux qui nous invite à vivre de même !
Jésus était explicite… il s’agit de jeûner avant tout pour tenter, progressivement, de nous dépouiller de tout ce qui nous alourdi et permettre de libérer un peu de place pour l’autre et... pour l’Autre aussi, pour Dieu ; il faut prier dans un élan du cœur, tendre et respectueux, loin de la récitation ostentatoire qui se donne en spectacle et réclame l’admiration des hommes éblouis par une piété tapageuse ; il convient de faire l’aumône, la main droite ignorant ce que fait la main gauche, par un geste d’attention bienveillante et de partage sans réserve, comme un acte de miséricorde envers le frère qui jamais ne m’en devra rien retour, ni ne devra d’aucune manière s’en sentir redevable.
Mercredi, malgré les cendres, nous étions inviter à prendre la route, joyeux et confiants, pour vivre ce Carême comme un temps qui nous allège et ouvre la possibilité de revenir à Dieu autant que de retrouver nos sœurs et nos frères.
Et voilà que dimanche, avec Jésus, nous sommes conduit au désert par l’Esprit.
Conduit au désert pour y être tenter ! 40 jours à subir les assauts répétés de la tentation !
Alors, plus de joie ? Pas si sûr...
Après le baptême dans le Jourdain, alors que Dieu s’est manifesté avec force et que l’Esprit est descendu sur lui, Jésus part au désert pour y être tenté... N’est-ce pas tout simplement la situation même de notre condition humaine ? Baptisé, assuré d’être sauvé, mais encore malgré tout pêcheur ? Baptisé, conduit par l’Esprit, mais toujours exposé à la tentation et aux pièges d’un adversaire jamais bien loin ?
Jésus est vraiment homme ! Il vit lui aussi la tentation ! Mais il est Fils de Dieu et lui, contrairement à chacune et chacun d’entre nous, parvient à résister.
De quelles tentations parlons-nous ? Dans notre texte 3 sont précisées.
Il y a d’abord la tentation d’aller le plus rapidement possible à la satisfaction de nos envies. Ce que je veux, je dois l’avoir, "j’y ai droit" entendons-nous parfois. Et Jésus parvient à résister à la faim parce que l’homme ne vit pas seulement de pain, "mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Matthieu 4,4b). Bernard de Clairvaux disait : "Demande ce que tu veux et sache que Dieu t’accorde toujours ce qu’il te faut". Souvent, surtout dans cette société de consommation qui nous assaille, nous sommes tentés de vouloir tout et tout de suite, jusqu’à nous plaindre que cela n’arrive pas assez vite, et de râler parce que nous n’obtenons pas tout ce que nous voudrions... Et d’oublier que l’homme ne vit pas seulement de pain !
Vient ensuite la tentation de la puissance. Il ne s’agit plus seulement de satisfaire des envies, mais de chercher à dominer l’autre, tous les autres, le monde entier. C’est vouloir gravir les échelons pour être reconnu de toutes et de tous au mépris de beaucoup. Combien de carriéristes sont, dans les entreprises petites ou grandes, prêts à accepter toutes les compromissions et réaliser toutes les vilénies juste pour se hisser sur la petite marche qui conduit au poste supérieur. Pour obtenir le pouvoir ne sommes-nous pas, régulièrement, capables d’adorer des chimères et de nous prosterner devant n’importe quel veau d’or... Et d’oublier que c’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte !
Enfin il y la tentation spirituelle, plus insidieuse, mais tellement vivace. Celle qui consiste à mettre Dieu à l’épreuve et comme au défi de nous venir en aide, parce qu’enfin nous avons tellement de mérites, nous qui le prions, lui sommes fidèles… pas comme cet autre qui n’a pas la foi. Il y a une façon de demander à Dieu qui relève du chantage. Nous prions, avec conviction et enthousiasme, mais c’est pour mieux exiger qu’il nous exauce... Et d’oublier que tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu !
Aucun d’entre nous n’échappe à de telles tentations et, en prenant le chemin du Carême avec Jésus, en entrant au désert avec lui poussé par l’Esprit, nous ne les éviterons pas. Cependant, si véritablement nous nous mettons humblement à la suite de Jésus, si dans le secret nous cherchons à faire toute la place qui lui revient au Seigneur, alors, sans doute, plus facilement peut-être qu’à l’accoutumée, nous parviendrons à y résister. Il faudra alors bien nous en souvenir parce que ces tentations reviendront, c’est inévitable, et il faudra à nouveau, tout au long de notre vie, les affronter... pour y résister à la suite du Christ.
Il y arrive, pourquoi pas nous ?

Eric MLG

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie
Agenda
octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017