Eglise catholique de Saint-Ouen : Notre-Dame du Rosaire, Sacré-Coeur, Vieux-Saint-Ouen
https://eglisecatholiquesaintouen.com/Confine-comme-toi
      Confiné comme toi

Confiné comme toi

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 5 avril 2020
  • réagir

Texte du Père Ignace PEMBA


Mon quotidien de religieux prêtre Fils de la Charité en équipe est rythmé, ponctué de temps de travail personnel et communautaire,
Lecture, prière, détente, exercice physique, échange, jardinage partage, bricolage, rigolade, blague, célébration, oraison, repas…

Mon agenda déjà rempli et chargé ne s’ouvre et ne se lit plus,
Tout passe sous mes yeux impuissants,
Tous mes rendez-vous sont foirés, annulés, reportés, suspendus,
Mes journées sont longues mais jamais monotones,
Mes nuits paisibles sont écourtées, agitées par un conard de virus,
Confiné dans ma chambre mais pas dans mes idées et mes pensées,
J’invente des jours nouveaux et m’interroge sur des nouveaux défis,

Je communique, reçois, prends et donne des nouvelles,
Je lis, écris, prie, réfléchis, médite, et travaille,
L’internet et les réseaux sociaux m’ouvrent à l’universel,
Le silence et le calme imposés pèsent,
J’entends enfin les bruits des oiseaux, le coq du voisin chanter,
Le confinement comme une prison devient une retraite,

En équipe, de nouveaux codes et gestes, de nouvelles règles apparaissent,
De nouvelles manières d’être et de faire s’imposent, s’improvisent,
Se tenir à distance, ne pas se serrer la main, éviter au mieux,

Va-t-il encore durer ce silence et pour combien de temps ?
Le silence n’est pas coupable mais confiné,
Tout se dit, se raconte, s’écrit sur le microbe mais rien ne se sait,
Tout se fait, les chercheurs cherchent, mais ne trouvent pas,
Il sème la terreur et la panique, fait courir et fuir,
Il fait couler l’encre et la salive,
Il fait trembler les puissants, éloigner les états, séparer les peuples,

Pour lui, à cause de lui et contre lui, les peuples et les foules se mobilisent,
Les compétences et les intelligences sont mises en compétition, à contribution,
Il chasse et se cache partout, habite l’humain, envahit son habitat et son environnement,
Il s’en fout de son créateur, de son inventeur, de son géniteur humain,
Il instaure un ordre nouveau, viole les codes, sape les règles,
Il sépare, divise, confine, enferme, sème la désolation et tue,
Il se croit nuisible, invincible, invisible, indestructible et sournois,

Comment vivre sa foi en temps de crise, d’épidémie, de confinement, d’isolement… ?
Comment pratiquer et vivre sa vie de pasteur et d’apôtre du peuple et des travailleurs ?
Où est-il passé mon peuple ?
Confiné, enfermé, pris en otage par une épidémie, une pandémie, un microbe, un virus,
Il n’est pas dans la rue, sur les places publiques, dans les lieux de travail,
Il n’est pas non plus sur nos paroisses, dans nos églises,
L’aurais-tu vu, aperçu sur nos lieux de rencontre et de célébration habituelle et inhabituelle,

Où est-il maintenant mon peuple ?
Le microbe l’a fait fuir, Le virus l’a confiné, l’épidémie l’a envahi, enfermé, pris en otage,
La pandémie s’est répandue, la contagion l’a contaminé, l’endémie s’est indemnisée,
Comment le rejoindre comme le fait le bénévole qui s’engage, se donne,
Où trouver les foules ? Je reste confiné, privé de mon peuple,

N’était-il pas allé chercher la brebis perdue ?
N’était-il pas allé à la rencontre du lépreux ?
N’avait-il pas fréquenté, visité, soigné, sauvé, libéré, délivré, dénoncé, guéri,
Mangé et bu avec les hommes et les femmes de mauvaise vie, Les pécheurs, les pauvres,
Les mendiants, les collecteurs d’impôts, les impurs, les migrants, les travailleurs… ?
N’avait-il pas bravé l’interdit, enfreint à la règle, casser les codes, brisé les préjugés ?
Par amour et pour l’amour, il a aimé les foules et s’est livré pour elles,
Pour la foule, le peuple, il a tout donné et tout reçu,

Confiné, je regarde à travers ma fenêtre le peuple apeuré chercher une demeure sûre,
Comment Lutter, battre, braver, chasser, éradiquer coronavirus, nuisible et têtu,
Usurpateur désastreux, menteur insoupçonné, trompeur malhonnête,
Envahisseur encombrant, violeur insensible, tueur véreux et irrespectueux virus,
Toi le passager sans pitié, qui sème le chaos, paralyse, détruit, confine, emprisonne et qui tue…
Tu seras jugé et condamné au tribunal international du prochain concert des nations,

Vaincu, tu seras immolé et sacrifié sur l’autel du courage, de la fraternité et de la solidarité humaine,
Lorsque le monde sera un et uni comme le Père, le Fils et le Saint-Esprit,
J’irai reprendre et voir mon peuple, rassembler les foules assoiffées de la parole de vie et d’espérance nouvelle,
Les nourrir du pain de la vie et les abreuver à la source d’eau vive et jaillissante,
Chercher la brebis fragilisée, abattue, blessée, épuisée, cassée, brisée…,
Confiné mais pas vaincu, debout je te vaincrai, confiné je suis du côté des gagnants, des vainqueurs,
Comme Lui, Je rassemblerai à nouveau mon peuple pour la Pâques nouvelle autour du ressuscité,
Courage et confiance toujours et quand même. Reste confiné.

Ignace PEMBA
Mercredi 25 mars 2020

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie
Agenda
juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020