Eglise catholique de Saint-Ouen : Notre-Dame du Rosaire, Sacré-Coeur, Vieux-Saint-Ouen
http://eglisecatholiquesaintouen.com/Chemin-de-foi

Chemin de foi

Pâques 2015

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 11 avril 2015
  • réagir

Témoignages des Catéchumènes


Témoignage de Maria

Le cheminement dans la foi a été pour moi une révélation et un vrai bonheur. J’ai vécu, à plusieurs reprises, énormément d’émotions au moment des scrutins qui n’ont bouleversée, touchée au lus profond de moi, notamment à la remise de la croix. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai pleuré ce jour-là. Cette croix ne me quitte plus.
Des choses ont changé aussi dans ma vie : le partage est devenu une évidence. Petit à petit mon comportement avec les autres à changé, je ne pense plus à moi d’abord et lorsqu’on me fait une remarque, ça ne me touche plus comme avant.

J’ai compris l’importance de la prière. J’ai maintenant besoin de prier beaucoup plus, d’aller à la messe, d’écouter la parole de dieu et d’essayer de la comprendre.
Je me sens aimée de dieu et je voudrais chanter dans une chorale. Ana, mon accompagnatrice me dit que chanter c’est prier deux fois.
Un grand merci à vous accompagnateurs et prêtres qui m’avez aidé sur le chemin de Dieu et que Dieu vous bénisse.

Témoignage de Ante

Quand j’étais petite, j’aimais chanter. Quand j’ai grandi, je me suis inscrite dans la chorale de mon église et j’ai décidé de me faire baptiser comme presque tous les membres de la chorale, ce que je n’ai pas fait. Au fil du temps, je me suis retrouvée maman d’un petit garçon, c’est ainsi que les problèmes ont commencé, au lieu de rester sur ma foi en Dieu, j’ai préféré l’oublier car je me disais qu’il m’avait oubliée. Rien n’allait plus, je ne chantais plus à la chorale, je vivais dans la tristesse. J’ai cherché des solutions à ma vie, sans savoir où en trouver. Alors j’ai décidé de quitter mon pays, car j’avais perdu la foi. Partie de Côte d’Ivoire pour le Mali, j’ai trouvé du travail dans un resto-bar. Je vivais ma vie, je ne priais plus, je n’allais plus à l’église. Un jour, étant malade, je suis allée en clinique consulter et le médecin qui m’a reçue était une fervente chrétienne catholique. A l’issue de cette rencontre s’est créée une amitié. Elle m’incitait à aller à l’église et à me faire baptiser. Je lui répondais toujours : « Dès que j’aurai le temps. » A son tour, elle disait : « Sois prête pour le retour du Seigneur Jésus ». Malgré tout ça, je n’étais pas inscrite pour me faire baptiser. Au fil du temps, je me suis lancée dans le commerce de tissus et je voyageais beaucoup. C’était pire, j’avais mis ma foi au second plan. Les affaires ne marchaient plus, j’étais dans l’obligation de laisser tomber mon commerce de tissus. Avec mes économies, j’avais décidé encore une fois d’aller dans un autre pays, en Europe. J’ai demandé le visa pour la France. Avec la vie pas facile en France, j’ai commencé à prendre conscience de mes erreurs passées. A 5 minutes de là où j’habitais, il y avait une église. Un dimanche j’y suis allée et après la messe, j’ai allumé un cierge et j’ai demandé à la vierge Marie d’intercéder auprès de son Fils Jésus, afin qu’il puisse me pardonner, que je reconnaissais avoir été un mauvais enfant et que je voudrais qu’il redevienne mon ami et mon sauveur. Qu’il m’aide à avancer dans cette nouvelle vie en France, et que j’irais me faire baptiser à la première occasion, je lui en faisais la promesse. En fait, le Seigneur Jésus ne m’avait jamais abandonnée, il était toujours à mes côtés, il me parlait à travers des personnes, mais je refusais de l’écouter car j’étais dans un autre monde. Il me l’a prouvé 2 mois après mon entrée en France. Je lui ai demandé du travail et j’ai eu du travail malgré que je n’avais pas de papiers. Suite à toutes ces épreuves, finalement, je me suis inscrite pour me faire baptiser. Je suis très heureuse car je lui ai donné ma vie. Il me donne la force spirituellement de continuer mon parcours vers le baptême, je suis plus confiante, entourée de nos accompagnateurs qui nous soutiennent jusqu’au bout. Depuis que je me prépare au baptême, j’ai la joie de pouvoir faire partie de la grande famille des chrétiens et de recevoir le don du Saint Esprit. Frères et sœurs, continuons de mettre notre confiance en Jésus car il ne nous décevra jamais. Paix et Joie. Amen.

Témoignage de Jennifer

Lorsque qu’on m’a demandé un témoignage pour donner mon impression sur le catéchuménat, je me suis demandée :
Que représente le chemin parcouru depuis cette décision ?

Je trouve une multitude de réponse, mais, à vrai dire, ce cheminement ne date pas d’hier, ni d’il y a2ans. Et au bout de ces 2ans, aujourd’hui, ce n’est pas l’heure de l’aboutissement. La quête Spirituelle, la Foi sont les parcours de toute une vie. Je n’ai donc qu’un sentiment intact : C’est celui d’être au bon endroit, au bon moment, avec les bonnes personnes et sur le bon chemin.

Lorsque j’ai franchi la porte de l’église pour me renseigner sur la préparation au baptême, je me demandais encore : suis-je prête ? Plus d’une fois, en effet, j’avais laissé passer mon tour…
Mais comme on le dit : quand l’élève est prêt, le maitre arrive…
Et aujourd’hui je suis là. Une autre question se pose : pourquoi, pourquoi je suis là ?
Que recherchons-nous dans notre quête Spirituelle ? Que recherchons nous si ce n’est notre vrai Moi…
Ce vrai Moi que la vie nous fragmente, parfois dans ses épreuves, ce vrai moi éparpillé dans le vent de nos colères, ce vrai moi emporté dans les peines et regrets de nos existences. Ce vrai NOUS, ce vrai NOUS de quand nous étions enfants, petites filles et petits garçons oubliés dans la gravité de la vie, parfois, aliénante.
Ce vrai MOI, ce vrai NOUS, c’est ici que je les retrouve ! Ici dans l’Unité de la foi en Jésus Christ, dans l’Amour Inconditionnel et Intemporel qu’Il nous donne.
Je l’ai retrouvé dans les prières, dans le partage de longues conversations, la lecture des Textes, et dans cette poignée de main, que l’on donne en prononçant ces mots sacrés :
« La Paix de Christ »
Car en effet, la Paix c’est aussi ici que je la trouve.
Chacun de nous à ses peurs, ses doutes et ses démons… Et j’ai eu beau chercher longtemps, il n’y a eu que le souffle assez puissant du Saint-Esprit pour les chasser.
La Foi est une armure, elle est la plus belle des armures qui soit. Dans chacun de nos combats seule la Foi nous porte, et je peux dire aujourd’hui avec une profonde certitude :
Qu’il n’y a que la Foi qui efface les différences. Il n’y a que la Foi qui permet d’aller au delà de tous jugements, il n’y a que la Foi qui nous amène au réel pardon, et au plus profond de la miséricorde qui est : le Pardon à nous même.

Aussi après avoir traversé avec l’aide de Dieu, et parfois sans le savoir, beaucoup de champs de bataille dans la vie. Après être passé de la colère à la joie, de la haine à l’amour. Je voudrais le dire ici en ce jour, qu’en lisant la parabole du fils prodigue, cette parabole qui nous explique qu’un fils s’éloigne de son père pour mener une vie désordre et qu’en rentrant chez lui , contre tout attente, son Père lui ouvre les bras dans le Pardon et l’amour. Après avoir lu cette parabole qui m’a fait pleurer, je voudrais le dire : Oui et MERCI, Je suis revenue !

Jennifer D.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie
Agenda
octobre 2017 :

Rien pour ce mois

septembre 2017 | novembre 2017